Ce que dit le Coran sur les mers profondes et les vagues internes  posté le lundi 11 janvier 2010 14:23

 Ce que dit le Coran sur les mers profondes et les vagues internes :

Dieu dit, dans le Coran:

(Coran, 24:40)Les êtres humains sont incapables de plonger à plus de quarante mètres sans l’aide de sous-marins ou d’équipements spéciaux. Et ils ne peuvent survivre sans l’aide de ces équipements dans la partie obscure des océans, c’est-à-dire à une profondeur de 200 mètres et plus. Les scientifiques ont récemment découvert cette obscurité profonde à l’aide d’équipements spéciaux et de sous-marins qui leur ont permis de plonger dans les profondeurs des océans. De la phrase suivante: “sur une mer profonde: des vagues la recouvrent, vagues au-dessus desquelles s’élèvent d’autres vagues, sur lesquelles il y a d’épais nuages.”, tirée du verset précédent, on comprend également que les eaux profondes des mers et océans sont recouvertes de vagues, et qu’au-dessus de ces vagues il y a d’autres vagues. Il est clair que les deuxièmes vagues auxquelles le verset fait référence sont les vagues de surface que nous pouvons voir, car il est spécifié qu’au-dessus de ces vagues, il y a des nuages. Mais qu’en est-il des premières vagues auxquelles le verset fait référence?Les actions des mécréants sont encore semblables à des ténèbres sur une mer profonde: des vagues la recouvrent, vagues au-dessus desquelles s’élèvent d’autres vagues, sur lesquelles il y a d’épais nuages. Ténèbres entassées les unes au-dessus des autres; quand quelqu’un étend la main, il ne la distingue presque pas... "

Ce verset fait mention de l’obscurité profonde qui règne dans les profondeurs des mers et océans, là où lorsque quelqu’un étend la main, il ne peut presque pas la distinguer. Les ténèbres dans les mers profondes commencent à une profondeur d’environ 200 mètres. À cette profondeur, il n’y a presque pas de lumière. Et il n’y a plus du tout de lumière à une profondeur de plus de 1000 mètres.

Les scientifiques ont récemment découvert qu’il existe des vagues internes “qui se trouvent sur les interfaces de densité, situées entre les couches de densités différentes.” Les vagues internes recouvrent les eaux profondes des mers et océans parce que  les eaux profondes ont une densité plus élevée que celle des eaux audessus d’elles. Les vagues internes se comportent de la même façon que les vagues de surface. Tout comme les vagues de surface, elles peuvent aussi déferler. Les vagues internes ne peuvent être perçues par l’oeil humain; c’est en étudiant les variations de température ou de salinité à un endroit déterminé que l’on arrive à les détecter.

 

 

 

 

lien permanent

Comment il s’abandonna à Dieu et embrassa l’islam.  posté le mardi 06 mai 2014 12:02

Je souhaitais, malgré tout, rester en contact avec ma famille; mais la ville que j’avais quittée équivalait à une zone de guerre, pour moi. Je leur proposai donc de venir me rendre visite s’ils souhaitaient me voir. J’entrai à l’université et commençai un baccalauréat. J’arrivai bon dernier, car tous les autres venaient à peine de sortir de l’école, alors que j’avais passé quelques années sans étudier. Je mis trois ans à compléter un programme de deux ans. Parallèlement, je devais également travailler pour survivre et apprendre à vivre comme une personne normale, cuisiner, nettoyer, etc. J’appris à jouer aux échecs, un jeu que j’affectionnai particulièrement. La plupart des autres étudiants habitaient encore chez leurs parents et n’avaient pas les soucis que j’avais. Malgré tout, la vie était belle, pour moi. Je recommençai à fréquenter l’église, mais pas régulièrement. Mon pasteur, Friar Kevin, était un homme bon que je respectais beaucoup. Mais quand je priais, je savais que je ne priais que Dieu, jamais Jésus. J’avais la conviction que Jésus ne pouvait m’entendre, mais j’éprouvais un grand respect pour lui.

Je détestais l’islam, car je considérais les musulmans comme mes « ennemis », à l’instar de la plupart des Anglais que je connaissais. J’avais déjà rencontré des musulmans et ils étaient très gentils, mais, pour moi, le terrorisme était le Mal, tandis que nos forces armées étaient composées de héros tentant de sauver le monde.

J’avais pardonné à mes parents la vie qu’ils m’avaient infligée et mon père avait, de son côté, repris sa vie en main. Après avoir vécu sept ans dans les rues de Londres, il fut logé par un organisme venant en aide aux sans-abris et commença à se débrouiller et à prendre soin de lui-même. Enfin, il se sortit de l’enfer de la drogue. Il m’emmena avec lui en vacances au Maroc, où je découvris que les musulmans étaient incroyablement chaleureux et accueillants. Ma vie prit alors un tournant inattendu : je tombai instantanément en amour avec l’islam!

Beaucoup de gens s’imaginent que des prédicateurs haineux m’ont lavé le cerveau. La vérité, pourtant, est tout autre; c’est moi qui allais vers les gens pour leur poser des questions. Ils étaient incroyablement gentils. De retour chez moi, mon intérêt ne diminua pas d’un iota. J’avais aimé le concept de Dieu dans le christianisme, mais cette religion n’avait pas suscité, chez moi, suffisamment d’intérêt pour que j’aie envie de l’étudier à fond.

J’étais d’accord avec les grands principes du christianisme, mais j’étais incapable de m’asseoir et d’écouter les histoires tirées de la Bible. Il m’était arrivé de lire la Bible des heures durant sans vraiment en comprendre le sens profond et sans arriver à m’identifier à sa « culture ». Tandis que l’islam, étonnamment, me semblait parfait à cet égard. Son interdiction de l’alcool touchait une corde sensible, chez moi, et j’étais bien placé pour en comprendre la sagesse; le fléau de mon enfance, qui avait détruit toute ma vie, était un produit jugé « haram », i.e. interdit par l’islam.

Les valeurs familiales, que je n’avais jamais connues et qui m’avaient tant manqué, étaient fortement encouragées. J’avais l’impression que l’islam avait réponse à tout. Et, en ce sens, le Coran devait nécessairement être la parole véritable de Dieu. Comment expliquer autrement que le Coran, révélé il y a 1400 ans, puisse répondre à tous les problèmes que j’avais connus dans ma vie?

J’étudiai la vie du prophète Mohammed (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui); je ressentis un immense respect pour lui et voulus immédiatement suivre ses traces. Jamais les enseignements chrétiens n’avaient réussi à me captiver de la sorte. Lorsque j’étudiais l’islam, je buvais littéralement les paroles que je lisais ou entendais.

J’en appris plus, également, sur les prophètes de Dieu (que Dieu les loue tous) et comparai leur histoire avec celles de la Bible. Je n’arrivais pas à croire que je ne les avais jamais vraiment lues lorsque j’étais chrétien.

Je commençai à chercher des musulmans dans la ville où j’habitais et j’en trouvai quelques-uns. Ils étaient très gentils et ils étaient mes seuls liens avec le monde musulman, alors je me mis à les fréquenter sur une base régulière. Aussi, je voyageai dans plusieurs pays et finis par embrasser l’islam à Chypre, où j’adoptai le nom Dawood (David). De retour chez moi, j’avais toujours aussi soif d’en apprendre davantage sur ma nouvelle religion. J’achetai une version anglaise du Coran avec une translitération du texte arabe. Je commençai à prier deux fois par jour. Je ne connaissais pas les mots qui devaient être récités en prière, alors je faisais les gestes (inclination, prosternation) et lisais un peu de Coran par la suite.

Je me mis à mémoriser la Fatihah petit à petit, jour après jour. Cela me prit une semaine pour l’apprendre à la fois en anglais et en arabe, car je tenais à comprendre les mots que je disais en prière. Puis, je me mis à l’apprentissage de la sourate al-Ikhlas.

Le mois de Ramadan arriva et, chaque soir, je priais le tarawih (prière du soir) à la mosquée. J’y rompais également mon jeûne (la nourriture était excellente!). Nous étions surtout des convertis, mais il y avait aussi des Indiens, des Malaysiens et des musulmans d’autres régions du globe.

J’étais si heureux d’être musulman que chaque fois qu’un client avec des traits arabes ou indiens se présentait au magasin où je travaillais durant mes études, je lui disais « assalam’alaikoum » dans l’espoir qu’il soit musulman.

C’est ainsi que je fis la rencontre d’une femme originaire du Bangladesh, qui me rendit ma salutation. Le lendemain, elle revint avec sa famille et m’offrit de la nourriture pour rompre mon jeûne. Elle m’offrit également de venir me voir pour m’apprendre à prier correctement.

J’ai maintenant presque terminé mes études. Je m’efforce chaque jour d’être un meilleur musulman. J’habite dans un secteur où il n’y a pratiquement pas de musulmans, mais cette femme du Bangladesh m’a vraiment aidé à faire des pas de géant. J’arrive maintenant à prier seul, j’arrive même à lire un peu de Coran en arabe et j’ai modifié mon plan de carrière.

J’aimerais maintenant aller étudier l’islam et l’arabe dans un pays musulman. Je souhaite faire partie d’une vraie communauté, d’une vraie famille musulmane, si Dieu le veut. Je voulais étudier en IT (technologie de l’information), mais en ce moment, c’est l’islam qui a le plus d’importance pour moi. Je me lève chaque jour pour être au service de Dieu et pour me libérer, jour après jour, des péchés qui me pèsent. Je fais un sincère effort pour suivre l’exemple du prophète Mohammed et pour en apprendre toujours plus sur ma religion.

Je me sens très heureux. Mes amis et ma famille furent tous très étonnés de ma conversion, au début, mais ils ont tous fini par l’accepter. Je refuse de me laisser rabaisser par qui que ce soit sur la base de mes croyances religieuses; il est de mon droit, en tant qu’être humain, de croire en Dieu et de célébrer cette croyance avec mes frères et sœurs en islam.

Je sais que plusieurs obstacles m’attendent. J’aimerais trouver une bonne musulmane avec laquelle me marier. Et je devrai trouver un moyen pour nous faire vivre, tous les deux, si je laisse tomber mes études pour étudier l’islam. Mais je vois cela comme une belle façon de démontrer à Dieu que je Lui fais totalement confiance.

J’ai encore beaucoup à apprendre et celui qui m’enseigne l’islam me dit que je suis encore un « bébé » en islam, mais, par la volonté de Dieu, je donnerai tout ce que je peux pour l’islam. J’aimerais aussi venir en aide aux musulmans de Grande-Bretagne et redonner, en un sens, à la nation musulmane pour tout ce qu’elle a fait pour moi.

Jamais je ne pourrai assez remercier Dieu pour m’avoir fait découvrir l’islam, qui a tant apporté à ma vie. J’ai aussi réussi, par Sa grâce, à payer 9000£ de dettes et je suis présentement en train d’épargner, car les musulmans ne doivent pas payer d’intérêts.

Un des messages extraordinaires de l’islam est que les grands maux des sociétés peuvent facilement être réglés si les gens retournent sur la voie de Dieu. L’islam m’a tant apporté et tout le bien qui arrive dans ma vie ne peut provenir que de Dieu. Je Lui suis reconnaissant de m’avoir éprouvé dans ma jeunesse, car cela m’a permis de me rapprocher de Lui. Je regrette sincèrement tous les péchés que j’ai commis. Que Dieu me pardonne mes faiblesses et fasse de moi une meilleure personne.

Puisse Dieu bénir tous nos frères et sœurs qui souffrent à travers le monde, de la Bosnie à la Palestine, de la Somalie à l’Afghanistan; que Dieu leur apporte réconfort et les bénisse pour leur dévouement envers l’islam malgré toutes leurs souffrances. Merci de m’avoir lu; je penserai à vous dans mes prières.

lien permanent

Un jeune converti anglais au lourd passé.  posté le mardi 06 mai 2014 12:01

Je suis né le 2 mai 1987, en Angleterre. Mes parents me nommèrent Jonathan Beale. Le nom de mon père était John Mason, mais on me donna le nom de ma mère pour recevoir plus de subventions gouvernementales.

Mes parents étaient tous deux héroïnomanes. J’ai vu mon père battre ma mère à de nombreuses reprises et même amener d’autres femmes à la maison. J’enjambais régulièrement les seringues qui traînaient au sol et voyais d’étranges personnages entrer chez nous.

Ma petite enfance fut difficile, pour moi, mais les services sociaux finirent par intervenir et je fus placé, temporairement, en foyer d’accueil.

J’avais vaguement entendu parler, à quelques reprises, du concept de Dieu. Ma mère venait d’une grande famille et j’avais été témoin de la mort à plus d’une reprise. Mon pays est considéré comme « civilisé », mais mon grand-père avait vécu la Seconde Guerre Mondiale. Il fut traumatisé de voir ses amis tomber sous les balles et avait lui-même été blessé par balle à deux reprises. Il avait été parachutiste et avait atterri en territoire occupé par les nazis plusieurs fois.

Après la guerre, lui et son épouse eurent sept enfants. Ils étaient religieux à leur manière, mais après la guerre, ils vécurent dans une grande pauvreté. Mon grand-père battait régulièrement ses enfants ou, du moins, c’est ce que me raconta ma mère.

D’une manière ou d’une autre, certains événements déclenchèrent une véritable épidémie de maladies mentales dans ma famille. Ma mère fut diagnostiquée schizophrène paranoïde et, enfant, je devais constamment la convaincre que personne n’était en train de comploter contre nous. Elle posa tout de même des gestes assez fous pour se retrouver dans les journaux à plus d’une reprise. Et, à cause de cela, je fus intimidé par mes camarades de classe.

Mon grand-père décéda lorsque j’avais quatre ans. C’est la première fois que j’entendis parler de « Dieu ». Aux yeux du jeune enfant que j’étais, mon grand-père semblait être un homme bon et c’est pourquoi j’eus plus tard de la difficulté à croire ce qu’on me disait à son sujet.

Je me consolai à la pensée que mon grand-père était maintenant au ciel et, à partir de là, je sentis toujours que Dieu était avec moi. Quand ma mère et mon père traversèrent de rudes périodes et que je fus envoyé en foyer d’accueil, je me mis à prier. On ne m’avait jamais appris à le faire, mais à ma façon, j’avais la certitude que Dieu était là pour moi et qu’Il m’entendait lorsque je m’adressais à Lui.

Quand j’étais jeune, un de mes cousins se suicida par surdose de paracétamol et, pour la première fois, je pleurai à des funérailles. Mon oncle décéda également, sans que personne ne sache vraiment de quelle cause. Cet homme souffrait d’une grave maladie mentale et son quotidien était invivable, alors j’espérais qu’il se trouvait désormais dans un meilleur endroit.

Mais à travers tout cela, ma croyance en Dieu était fermement enracinée dans mon âme. À l’âge de sept ans, je fus envoyé chez ma grand-mère, car les services sociaux estimaient que je n’étais plus en sécurité à la maison après que mon père, sous l’influence de la drogue, eut détruit à peu près tout notre appartement.

Puis, ma mère donna naissance à ma sœur Sally. À cette époque, je rendais régulièrement visite à mes parents et j’étais toujours ravi de voir ma petite sœur. Je l’aimais beaucoup et je me désolais du fait que nous étions tous deux dans le même bateau, même si elle ne le savait pas encore. Malheureusement, les services sociaux jugèrent son environnement trop risqué et l’envoyèrent, elle aussi, en foyer d’accueil.

Ils proposèrent par ailleurs à ma grand-mère de m’adopter officiellement et je restai donc chez elle. Quand ma sœur eut un an, les services sociaux jugèrent dans son meilleur intérêt de ne plus être en contact avec ma famille. Elle fut donnée en adoption à une famille habitant très loin de chez nous et plus jamais je ne la revis.

Cet événement m’attrista énormément. Je pense encore souvent à elle et je me demande si elle tentera, un jour, de me retrouver. Je crois que j’aurais été proche d’elle, si nous avions grandi ensemble, même si je crois que j’aurais eu tendance à la surprotéger. Elle a maintenant quinze ans et j’espère la revoir lorsqu’elle aura dix-huit ans.

À l’âge d’onze ans, on m’envoya dans un pensionnat. Je fus quelque peu intimidé à cause de mes origines pauvres, mais, d’une manière générale, ce fut une expérience positive. Comme j’étais un jeune troublé par son passé, je finis inévitablement par me tourner vers les drogues et l’alcool et je fus suspendu à quatre reprises.

Je fus chanceux de ne pas être carrément renvoyé et je crois qu’on me garda parce que mes résultats académiques demeuraient acceptables. Personne ne comprenait comment j’y arrivais, d’ailleurs, car je séchais la plupart de mes cours, mais ces résultats allaient devenir importants plus tard, dans ma vie.

Bien que je fusse un garçon troublé, ma croyance en Dieu demeurait intacte. À l’âge de douze ans, je choisis de devenir catholique et j’eus accès aux cours de catholicisme de l’école. Je ne portais à peu près jamais attention au cours, mais j’aimais le concept de Dieu et j’aimais aller à l’église.

Plus tard, après avoir quitté le pensionnat, mes problèmes s’intensifièrent. Quand je commençai à fumer du cannabis, je me disais que jamais je n’essaierais quoi que ce soit de plus fort. Mais je finis tout de même par essayer la cocaïne, puis l’ecstasy et le speed, et ces drogues firent rapidement partie de mon quotidien, pour ne pas dire qu’elles devinrent ma raison de vivre.

Je savais que j’avais un problème de dépendance, mais l’effet que je ressentais, quand je prenais ces drogues, était si agréable que je voulais vivre toute ma vie de cette façon. Je buvais souvent et devenais violent vis-à-vis des forces de l’ordre. Mes amis et moi vandalisions des voitures, vendions de la drogue et troublions régulièrement l’ordre public. Le système de justice, en Angleterre, est si laxiste que nous ne craignions point d’être arrêtés.

Mais finalement, après que j’aie menacé de poignarder quelqu’un, on m’envoya en prison. Cet épisode constitua un point tournant dans ma vie. Ce fut une véritable colonie de vacances, mais tout au fond de moi, je ne voulais pas être un criminel. J’avais surtout besoin qu’on me retire de l’environnement dans lequel j’évoluais.

Je recevais trois bon repas par jour, j’avais un téléviseur dans ma cellule, je jouissais d’un accès quotidien au gym, je recevais des cours, j’assistais à la messe le dimanche… Ce fut un des meilleurs moments de ma vie et j’étais, enfin, loin, très loin de ma famille qui m’avait jusque-là causé tant de chagrin, de stress et de problèmes.

J’avais toujours envié les familles normales. Je les voyais faire leur marché ensemble ou aller prendre le thé chez des amis; c’était un tableau agréable à mes yeux et j’aurais tout donné pour, moi aussi, faire partie d’une de ces familles.

Mon plus gros problème était l’alcool. Sans être totalement alcoolique, chaque fois que je buvais, je m’attirais inévitablement des ennuis. Je me réveillais avec la gueule de bois ou, parfois, dans une cellule du poste de police, recouvert de bleus et de coupures parce que je m’étais battu alors que j’étais ivre.

Mais quand j’étais en prison, j’étais protégé contre moi-même, car je ne pouvais fumer ou boire et, comme je m’entraînais régulièrement, j’étais en grande forme physique. J’aurais tant voulu poursuivre ce régime de vie une fois libéré.

Malheureusement, lorsque je sortis de prison, je dus passer à nouveau en cour pour voies de fait graves. On me menaçait de quatre ans de prison pour une chose que je n’avais pas faite.

Les baskets de mon « ami » étaient recouverts de sang et de particules de peau et il finit par plaider coupable. En cour, on me demanda si c’était lui qui avait fait le coup. Comme il l’avait déjà admis, je ne pensais pas faire de mal en répondant « oui », car mon avocat m’avait dit que répondre « non » n’allait pas sauver mon ami et que je risquais alors de passer quatre ans en prison. J’avais d’ailleurs appelé mon ami avant de passer en cour pour lui dire ce que j’avais l’intention de répondre et il ne s’y était pas opposé.

À l’époque, je sortais avec une jolie fille nommée Melissa, qui m’offrit son soutien à travers toute cette épreuve. Après le jugement, la famille de mon « ami » m’accusa d’être responsable de l’avoir envoyé en prison, elle en fit circuler la rumeur et je fus dès lors constamment attaqué sur la rue.

Melissa me suggéra de recommencer ma vie ailleurs et je suivis son conseil. Je me mis à planifier mon déménagement. Malheureusement, notre relation devint tendue et nous décidâmes de nous séparer. Je quittai donc seul. J’avais certains amis desquels je souhaitais prendre mes distances; ils baignaient toujours dans le même milieu et, de mon côté, je désirais plus que tout entamer un nouveau départ.

lien permanent

L’histoire du prophète Houd  posté le samedi 03 mai 2014 23:25

Les gens sont souvent surpris d’apprendre que les musulmans croient, eux aussi, en la plupart des prophètes que l’on retrouve dans les traditions juive et chrétienne. Noé, Abraham, Moïse et Jésus, entre autres, sont abondamment mentionnés dans les pages du Coran. La croyance en tous les prophètes de Dieu et en tous les livres révélés constitue deux des piliers de la foi musulmane; c’est pourquoi les musulmans reconnaissent la Torah et l’Évangile. Mais ils croient également que ces livres furent altérés et que plusieurs parties de ces livres furent perdues à jamais au fil du temps. C’est pourquoi ils ne croient que ce qui a été confirmé par le Coran ou par la sounnah (hadiths) du prophète Mohammed.

Dans l’Ancien Testament, référence est faite à un prophète nommé Eber. Dans certaines versions, son nom s’écrit Heber et il est connu comme le père de la langue hébraïque.[1] Mais en islam, il est connu sous le nom de Houd[2] et est l’un des quatre prophètes arabes envoyés par Dieu, les trois autres étant Saleh, Chouaïb et Mohammed. Le grand érudit musulman du 14e siècle, Ibn Kathir, rapporte que selon Ibn Jarir, Houd était un descendant de Noé.

Envoyé par Dieu à ses semblables, Houd leur transmit le message de l’unicité de Dieu et les appela à n’adorer que Lui, soit le même message transmis par tous les prophètes de Dieu. Houd dit à son peuple : « Ô mon peuple! Adorez Dieu! Vous n’avez aucune autre divinité en dehors de Lui. » (Coran 11:50). Houd appartenait à l’ancienne civilisation des Aad, dont la capitale, croit-on, était la cité légendaire d’Ubar, connue sous le nom d’Iram, dans le Coran.

On croit que les Aad habitaient dans les collines balayées par les vents sises entre Oman et le Yémen. Ils étaient connus pour leur construction de tours très élevées et c’est pourquoi l’endroit devint connu sous le nom de « terre des mille piliers ». C’était une civilisation sans pareille, bénie par Dieu. Dieu leur avait donné des terres fertiles en abondance, de nombreux descendants, de nombreux troupeaux de bétail et un accès facile à l’eau potable. Les gens eux-mêmes furent décrits comme grands, forts et bien bâtis.

Sous plusieurs aspects, les Aad peuvent être décrits comme une société semblable aux riches sociétés d’aujourd’hui. Parce qu’ils avaient des richesses en abondance, les gens devinrent fiers et arrogants, tout en demeurant constamment insatisfaits. Ils se mirent à construire des tours et des demeures somptueuses uniquement pour faire étalage de leurs richesses et à accumuler des biens comme s’ils étaient destinés à vivre éternellement.

Les leaders des Aad étaient de puissants tyrans. Leurs richesses ne les avaient pas adoucis, comme c’est parfois le cas; elles les avaient plutôt rendus durs et intraitables, tandis qu’ils dominaient les régions environnantes. Le diable leur fit paraître justes leurs mauvaises actions. Et, avec le temps, leur arrogance prit des proportions démesurées et ils se mirent à adorer des idoles sur une base régulière.

Le prophète Houd était lui aussi un homme fort, mais il utilisait sa force de caractère pour faire face aux problèmes qui abondaient au sein de la société dans laquelle il vivait. Malheureusement, son peuple était trop fier pour l’écouter. Les gens, autour de lui, n’aimaient pas qu’il leur signale leurs fautes. Cela ne l’empêcha pas de continuer à les appeler à la vertu et à la foi. Il leur dit :

« Ô mon peuple! Implorez le pardon de votre Seigneur et repentez-vous à Lui; Il vous enverra, du ciel, des pluies abondantes et renforcera votre puissance. Et ne vous détournez pas de Lui, en coupables. » (Coran 11:52)

Houd tenta d’expliquer à son peuple que demander le pardon de Dieu pour leur rébellion et leur arrogance contribuerait à renforcer leur puissance et augmenter leurs richesses. Dieu, leur dit-il, rétribuerait leur repentir par des pluies abondantes et une puissance décuplée. Mais, en gens arrogants qu’ils étaient, les Aad regardèrent Houd avec mépris et regardèrent autour d’eux avec fierté, pour lui signifier qu’ils étaient déjà la nation la plus puissante de leur époque.

Puis, ils se disputèrent avec Houd sur la nature du Jour du Jugement. Ils croyaient qu’après la mort, les corps devenaient poussière, puis étaient balayés par le vent. Comme beaucoup de gens, de nos jours, ils croyaient que la raison d’être de l’existence était l’accumulation de richesses et l’atteinte du prestige. Quand Houd leur fit remarquer qu’ils étaient très éloignés de Dieu, ils le traitèrent de fou. Ils ne comprenaient pas pourquoi cet homme, qui vivait parmi eux, buvait et mangeait comme eux, voyait la vie de manière si différente de la leur.

« Il n’y a pas d’autre vie que celle-ci; nous vivons et nous mourons, voilà tout. Et nous ne serons jamais ressuscités. Ce n’est qu’un homme qui a forgé un mensonge, qu’il impute à Dieu; nous ne croirons pas en lui. » (Coran 23:33)

Ils finirent par le regarder et lui dire : « Nous ne dirons rien, sinon qu’une de nos divinités t’a frappé (de folie). » (Coran 11:53) Houd se tourna vers Dieu et se détourna de son peuple. Il savait que le châtiment de Dieu serait rapide et sévère. En effet, une terrible sécheresse s’abattit sur ces terres naguère fertiles. Les gens regardaient désespérément le ciel, guettant un signe de pluie prochaine. Le châtiment était évident, mais ils campèrent sur leurs positions et continuèrent de se moquer de Houd.

Puis, un jour, la température changea. La chaleur suffocante se transforma en froid glacial et le vent se mit à souffler de plus en plus fort. Chaque jour, la force du vent augmentait et les gens se mirent à chercher refuge où ils pouvaient. Cette tempête dura une semaine. Elle détruisit les habitations, arracha les auvents et les draperies et le vent devint si violent que la peau de ceux qui s’aventuraient à l’extérieur se crevassait sous son effet.

Alors, les Aad furent détruit par un vent furieux que Dieu leur envoya durant sept nuits et huit jours consécutifs, au terme desquels les membres de cette société furent retrouvés gisant au sol, inertes et éparpillés comme des troncs de palmiers desséchés (Coran 69:6-7).

Ibn Kathir rapporte que ce vent déchaîné ne cessa de mugir avec fureur jusqu’à ce que cette région, naguère verte et luxuriante, soit réduite en ruines et recouverte par le sable du désert. Seuls Houd et ses fidèles furent sauvés et l’on croit qu’ils émigrèrent dans la région de Hadramaout, qui est aujourd’hui la région orientale désertique du Yémen.

Épilogue[3]

On raconte qu’Ubar était une oasis désertique lointaine et un important lieu d’échanges commerciaux, habité par un peuple riche et puissant. Selon la légende, ce lieu fut détruit lors d’une terrible tempête de sable, qui recouvrit la région tout entière. En 1992, cette cité légendaire fut découverte grâce à la technique de détection à distance. Des images satellites révélèrent une grande région recouverte de dunes de sable, sous laquelle se trouve un immense oued, i.e. un cours d’eau temporaire pouvant rester à sec durant de très longues périodes. Oubar fait actuellement l’objet d’excavations. Une citadelle octogonale comprenant des tours de 30 pieds de hauteur et des murs de grande épaisseur vient d’être découverte.

 


Footnotes:

[1] The International Standard Bible Encyclopaedia -http://www.studylight.org/enc/isb/view.cgi?number=T2864

[2] Basé sur « Les histoires des prophètes », par Ibn Kathir.

[3]http://www.jpl.nasa.gov/radar/sircxsar/ubar1.html

lien permanent

Sophie décide d’affronter ses idées-reçues sur l’islam et de faire ses recherches sur le sujet  posté le samedi 03 mai 2014 22:48

Je suis née au sein d’une famille de classe moyenne inférieure. Ma mère est femme au foyer, tandis que mon père travaille dans une firme d’électronique. Mon père vient d’une famille catholique, tandis que ma mère vient d’une famille protestante. Ensemble, ils ont brièvement fréquenté l’église quaker, au début des années 70; mais quand je suis venue au monde, ils étaient devenus athées, ce qui fait qu’on ne parlait jamais de religion chez nous. Cependant, ils m’assurèrent toujours que si, en grandissant, je souhaitais adopter une religion, ils me soutiendraient dans cette décision.

Enfant, déjà, je croyais en Dieu, en dépit du fait qu’on ne m’en parlait pratiquement jamais. Et j’avais le profond sentiment que ce que l’on m’enseignait, à l’école, dans les cours de christianisme, ne pouvait être la vérité. Je ne croyais pas que Jésus fut le fils de Dieu, pas plus que je ne croyais au Saint-Esprit. Évidemment, on nous martelait qu’il s’agissait là de la vérité et que toutes les autres religions étaient fausses, ce qui me rendait perplexe. Lorsque vous êtes enfant, vous avez tendance à penser que les adultes ont le plus souvent raison. Mais, sur ce sujet, j’avais de la difficulté à croire mon enseignante; alors je décidai de garder pour moi ma façon de voir. Tout au fond de moi, je ne croyais qu’en un Dieu unique, sans intermédiaires; mais on me disait que seuls les hérétiques pensaient ainsi, ce qui me faisait éprouver un peu de honte. L’ambiance, autour de moi, était très anti-islam, surtout que l’affaire Salman Rushdie faisait alors beaucoup de bruit, ce qui faisait en sorte que j’étais terrifiée par les musulmans en général. Il y avait deux enfants musulmans à l’école primaire que je fréquentais, mais ils se faisaient fort discrets, sauf, peut-être, Ali qui refusait de prier avec nous en congrégation.

Je priais souvent Dieu de me montrer le droit chemin et je me tournais toujours vers Lui lorsque j’avais besoin d’aide. Vers l’âge de 11 ou 12 ans, je savais, sans l’ombre d’un doute, que Dieu existait. Et, lorsque j’entrai à l’école secondaire, je compris que je n’avais peut-être pas tort, au bout du compte, de croire en un seul Dieu, sans associés et sans intermédiaires. À cette époque, tout ce que je « savais » de l’islam se résumait aux clichés de religion violente qui considère les femmes comme des moins que rien. On nous enseignait, à l’école, que l’islam s’était propagé par l’épée, que les femmes étaient des esclaves qu’il fallait recouvrir de la tête aux pieds et que les musulmans adoraient Mohammed. Chaque fois que j’allais faire des emplettes à Manchester et que je croisais une musulmane, je la regardais d’un air dégoûté en pensant, à part moi, « comment peux-tu t’imposer une telle chose? ». La vue de ces femmes me rendait furieuse. Il y a une seule vérité, cependant, qu’on nous enseignait sur l’islam, à savoir que les musulmans croient en un Dieu unique, ce que j’ignorais avant de l’apprendre en classe.

J’étudiai brièvement la plupart des autres religions; le judaïsme, l’hindouisme et le bouddhisme, mais elles me parurent toutes fabriquées de toutes pièces et contradictoires. Puis, un jour, je ne sais trop ce qui me prit, mais je sentis une urgence de vérifier par moi-même ce qu’on m’avait enseigné sur l’islam. Et, comme on m’avait dit que les musulmans croyaient en un seul Dieu, je voulus m’assurer que c’était vrai. Je trouvai un livre intitulé « L’essentiel de l’islam » à la bibliothèque et je l’empruntai. Je m’empressai de l’ouvrir à la section portant sur la femme en islam et je fus très étonnée de ce que j’y appris. On y disait à peu près le contraire de tout ce que j’avais entendu à ce sujet. Je ne doutai pas un instant de la véracité de ce que je lisais; je savais que c’était la vérité et que Dieu avait répondu à mes prières. L’islam était bel et bien la vérité que j’avais espéré trouver. Et pourtant, une certaine culpabilité m’envahit, ce sentiment qui m’était inconsciemment resté de mes années à l’école primaire, où on nous martelait que l’islam était une fausse religion et que ceux qui la suivaient étaient perdus. Je tentai alors de trouver des signes démontrant que l’islam n’était pas la vérité, mais en vain. Au fond, je savais que tous les livres qui affirmaient que l’islam était une fausse religion mentaient. Et je savais, je sentais au plus profond de mon âme que tous les livres qui parlaient positivement de l’islam disaient la vérité.

Je compris que j’étais musulmane de cœur, même si j’avais de la difficulté à l’accepter. Je gardai le silence sur ce fait et n’en parlai à personne. Je lus tout ce que je pouvais sur l’islam, j’obtins une traduction anglaise du Coran, que j’eus d’abord de la difficulté à comprendre, car il était rédigé en vieil anglais. Mais cela ne me découragea point; je savais que l’islam et moi, c’était pour la vie et que rien ne me ferait reculer. J’étudiai cette religion en profondeur durant deux années et demie. Puis, en janvier 1997, j’entrai dans un chatroom musulman, où je trouvai des gens prêts à m’aider. Lorsque j’y retournai, la deuxième fois, je prononçai enfin la shahadah (profession de foi), en direct, devant des musulmans de partout dans le monde.

 
lien permanent
|

ouvrir la barre
fermer la barre

Vous devez être connecté pour écrire un message à arefe

Vous devez être connecté pour ajouter arefe à vos amis

 
Créer un blog